Accéder au contenu principal

Kissing & Gold numbers de la mitose originelle

Il faut être très clair sur le terme « originel » car il s'agit en fait d'une transition. Le BEC fossile sphérique, change d'état (mitose) à cause de son déséquilibre dont la cause est :

sur son aire, l'intervalle élémentaire est saturé car il est égal
à l'épaisseur des corde-bosons. Il est  ξ = 1,54×1011, fois plus petit
que l'intervalle radiale (entre couches). La seule solution pour les
surfaces élémentaires (ξ² fois trop serrées), pour retrouver l'équilibre
(isotropie), est la mitose en ξ² BEC-fils !

Au terme de la mitose, ξ² BEC-fils se positionnent autour du BEC fossile vide. En cela ils doivent respecter la règle du kissing numbers (1) qui spécifie que le « baiser » de sphères égales, autour de l'origine, soit donné par le nombre 12

Au terme de la mitose en 32 couches, le rayon est de 4.8 millions 
d'années lumière. Le modèle montre que les BEC-fils accélèrent 
la formation des étoiles qui brillent dans les 2 premiers millions 
d'années, comme observé et non expliqué par le modèle standard    

Le dessin montre les premiers 12 BECs formant une sphère dès la première couche. Or on calcule que pour une progression des aires successives, de ratio 5, on obtient : n = 32 couches pour réunir au moins ξ² BEC-fils. Par définition la mitose élémentaire est une multiplication par deux et on constate :

25 = 32 ; log(ξ² ; 5) = 32,016

Il est clair que le logarithme de ξ² (fusse en base 5) ne peut pas donner exactement 32 car il est d'essence aléatoire. En fait l'empilement se fait en mode enchevêtré où chaque couche est plus nombreuse qu'en mode d'empilement individuel. Donc l'accord se fait avec une progression de type enchevêtré nécessitant une progression du rayon avec le taux 5. On note qu'il est lié au nombre d'or (gold number) : φ = (1 + 5) / 2 = 1,618033, selon : 5 = 2 φ 1. On note également la suite de Fibonacci (1, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34, 55, 89) dont chaque nombre est la somme des deux précédents. Plus on progresse, plus le ratio de deux nombres successifs, se rapproche du nombre d'or. Déjà 89/55 = 1,61818 ! Ce nombre d'or se retrouve partout dans la nature, y compris dans les galaxies. Le nombre 5 est présent également dans le calcul OSCAR des 3 bosons de jauge (voir lignes 8, 9, 10 du tableau).  

Cela vient renforcer le modèle OSCAR qui par d'autres arguments, montre que l'expansion est en couches de vitesse de 0 à 5 c. Il est remarquable de noter que chacune des couches, progresse en moyenne avec le facteur 5/32 = 0.15625. C'est cela qui fait transiter le mode hologramme 2D, dans le mode 3D. Mais ces données sont juste des moyennes. En réalité le Kissing number  (12) est une première étape, à vitesse co, qui représente un hologramme de 12 paquets serrés (2) de BECs. Ensuite, depuis ces derniers, sont éjectés à vitesse c, une portion de 1/6 des 30 prochaines couches. In fine, il y a 5 étapes (représentant chacune 6 groupes de plus en plus grands). Mais comme ces éjections à vitesse c, sont isotropes, seule une petite partie est purement radiale vers l'extérieur. Cela veut dire qu'il y pléthore de collisions (3)

Ainsi avec le taux d'expansion moyen de 2,5 c, on comprend pourquoi les couches en retard, accélèrent. On a tort de dire « l'expansion accélère » car les couches en avance, ralentissement symétriquement aux couches en retard. Mieux, dans le référentiel de la localité étendue, le taux moyen d'expansion, diminue comme il se doit, sous l'action de la gravitation. Cet espace-temps en couches de vitesses, induit une sorte d'isotropie observationnelle pour tous les lieux. Inutile de faire appel au très spéculatif modèle de Minkowski, d'essence mathématique, pour obtenir une corrélation avec l'observation. Il part d'équations en éludant toute structure physique bien plus complexe que ce modèle d'univers-jouet, d'une grande naïveté.

Par ailleurs cette accélération (locale à l'échelle cosmique) est induite par la tendance à rejoindre la vitesse moyenne d'expansion de 2,5 c. On a donc d'une part la dynamique : M (2,5 c)² / 2 et d'autre part, l'énergie de masse M c². On voit bien que le ratio : 2,5² / 2 = 3,125 est proche de celui (mystérieux) de l'énergie sombre sur l'énergie de masse ! Le modèle standard a le mérite de soulever les énigmes mais ne les résout pas.

Le modèle standard estime la masse de l'univers par le nombre de 1080 atomes d'hydrogène visibles. Le modèle OSCAR donne une valeur originelle, 94 fois plus importante. Pour que les deux nombres correspondent, il faut que le taux de matière noire (par les collisions de galaxies), soit de 94. Ce taux est 15 fois plus fort que celui du modèle standard. Selon OSCAR il est surtout hors des galaxies, dans les BEC-noirs qui participent à l'expansion.





(1) Sur une sphère A de rayon unitaire montre que l'aire 4 π  peut accepter 4 cercles d'aire a = π à condition qu'ils suivent la courbure. Ce ne peut-être le cas pour la circonférence équatoriale d'une sphère périphérique A1 enchâssée dans A. Ainsi sur le rayon de la sphère A, on ne peut loger que 3 cercles tangents. Donc pour un empilage de rayon global 2 fois plus grand (kissing numbers) , on aura forcément  : 3 × 2² = 12 "baisers". 

(2) Le modèle OSCAR montre que les grandes structures de l'univers sont fixées à ce moment :

a) l'univers observable (Ro = 45 G.y.l) ne permet que de voir 5 grands murs sur 12. Or il se trouve que selon OSCAR, le rayon de l'univers est de : R(t) = 61 G.y.l. ce qui fait un ratio volumique de 2,4. Or on vérifie que :  5 × 2,4 = 12 grandes structures (murs) comme l'indique le modèle.  

b) les filaments de galaxies sont espacées en moyenne, par des intervalles de 300 M.y.l. Or le ratio en ces espaces et l'épaisseur moyenne des filaments, coïncide avec le taux d'annihilation de facteur 1D = 137,035999 !  

c) le billet précédent montre la cause de la structure galaxie. 


(3) Le modèle montre pourquoi ces collisions de galaxies dégénèrent les particules élémentaires de matière visible pour devenir la matière noire.  
 

Commentaires

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Les médecins se demandent quelle est l'origine de la mitose des cellules. Comme toutes choses, la cause est toujours contenue dans le BEC originel dont nous sommes tous issus.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Présentation du blog

Le but de ce blog est de commenter mon second livre paru en mai 2017 : "Il était une fois l'univers à partir de rien". Ce blog est rattaché à mon site ouvert depuis 2008. Il sera ici question de populariser le modèle d'univers appelé "modèle OSCAR" et ce à grand renfort de pédagogie par le jeu de  diverses analogies courantes.


Ingénieur de 71 ans je me suis spécialisé depuis près de 30 ans dans l'enseignement de la physique tout en développant le modèle OSCAR (Oscillateurs Subquantiques Continus Anharmoniques Reliés).   

Tout part de ces oscillateurs (duaux) qui matérialisent le zéro physique du néant. Ce rien est en fait comparable à une balance romaine qui indique zéro si les deux masses sont identiques. Il est ici question de symétrie. 

En nombre infini, ces zéros physiques représentent un espace non connexe de pré-univers où le désordre est total. (entropie maximale).  On montre ensuite que ces brassages induisent forcément un flux synchronisant q…

Le satellite Planck confirme le modèle OSCAR (2)

Comme promis, voici un détail plus poussé des causes du dipôle de température, mesuré par le satellite Planck. Encore une fois nous allons utiliser le robuste principe de dualité de localité. Le dessin suivant montre les effets pour trois directions différentes, (à partir des trois points : a, b, c) situés sur notre couche d'expansion à 0,5 c. Chaque ligne de vision voyage dans l'espace et donc dans le passé avec une inflexion vers le centre. Dans toutes les directions, les galaxies s'éloignent de nous. Il n'y a pas de lieu privilégié*.
Avant d'aller plus loin, il nous faut définir la notion duale d'horizon cosmologique qui est différente de celle du modèle standard. Sa dualité tient compte du spectre des vitesses (0 à 5 c) :
a) l'horizon cosmologique de localité apparente (HCL), fixé par la longueur de Hubble = 13,8 G.y.l ;
b) l'horizon cosmologique comobile (HCC), qui tient compte des éloignements relatifs, depuis l'origine. Contrairement au …

Analogie qui prouve l'improbabilité du zéro absolu

Prenons déjà connaissance de ce que dit MAGNAN du Collège de France : http://www.lacosmo.com/Nature31.html.

Il montre clairement que le zéro physique n'existe pas. L'application infinie (et donc  zéro) issue des mathématiques, trouve une légitimité pour la physique mais dans le seul cas du dénombrement ou de valeurs sans dimension physique (nombre, angle, tangente, etc...).

Ainsi je peux dire qu'une infinité d'oscillateur-boson-zéros, constitue un zéro global car : zéro × infini = 0.
La pré-existence de ces oscillateurs est justifiée par l'impossibilité d'obtenir un zéro inertie. Dans le détail, l'inertie M est liée à l'amplitude L de telle sorte que le ML de l'électron (et seulement de lui) donne la constante h si on multiplie par c. Tout simplement.
Le L est le reflet imaginaire (au sens physique) de M car il est déphasé de pi/2 dans l'oscillateur.

Voici une analogie avec sin x et cos x,  déphasés entre eux de π/2 : pour optimiser le l…