Accéder au contenu principal

Le satellite Planck confirme le modèle OSCAR

Voir cet article dont j'ai extrait le passage suivant :

- « Deux anomalies du fond diffus cosmologique observées par le prédécesseur du satellite Planck, WMAP, ont été confirmées (.....). L'une d'elle est une asymétrie de la température moyenne dans les hémisphères opposés du ciel (....). Les températures sont légèrement plus élevées au sud de l'écliptique qu'au nord. Cela va à l'encontre des prédictions du modèle standard cosmologique qui dit que le fond diffus doit être homogène et isotrope. La seconde anomalie est un « point » froid qui s'étend sur une zone du ciel de l'hémisphère sud bien plus importante qu'une simple fluctuation (zone entourée ci-dessous) ».

Notez la pudique appellation "point" pour un trou énorme de 1.8 milliards d'années lumière ! Selon OSCAR, cet immense trou dans l'hémisphère sud (Eridan) est la trace (agrandie 6 fois)  du BEC fossile. C'est l'origine des photons de l'annihilation primordiale. Cette annihilation a concerné la majorité des paires électron-positrons à peine extraites des boson-dipolaires séparés. Il apparaît donc normal que la température de cette hémisphère soit plus élevée que celle de la direction opposée. Ce lien indique que la différence de température est d'environ 10 %.

Or si le temps de propagation est bien celui donné par l'âge de l'univers, 13,8 G.y.l., la distance estimée du trou originel est : D ~ 7 G.y.l. En première analyse, en regardant vers l'hémisphère nord avec la même profondeur, l'étirement spatial est plus fort du facteur : = (R(t)+ D(t)) / R(t) =(1,1). Avec R(t) = 61 G.y.l, le rayon actuel* de l'univers. Cela induit une baisse de la température de 10 % par rapport à l'hémisphère sud. Mais en tenant compte de la distance actuelle du trou de l'Eridan D(t), On a :

D(t) = R(t) (1,1–1) = 3 G.y.l. 

Son rayon actuel serait donc environ de : r(t) = 7 –  3 = 4 G.y.l. On en déduit sa vitesse actuelle d'expansion (proportionnelle au rayon) soit : v(t) = 0,5 × 4 / 7 = 0,28 c. Sa vitesse moyenne devant être nécessairement moins élevée à cause de l'accélération. Cela est confirmé par : vm = 5 c × 0,1 = 0,25 c < 0,28 c **.    

Conclusion : l'aspect fractal de la mitose à provoqué l'étalement du spectre des vitesses. Les couches les plus en retard ont subi un temps de latence (v = 0) qui ont créé un décalage de rayons d'origine, de coefficient 1,05. L'aire des couches en avance est donc affectée d'une moindre influence de la température d'annihilation d'origine. Le coefficient est donc de 1,05² = 1,10 et marque le dipôle effectivement mesuré. Ces deux anomalies mettent gravement en difficulté le modèle standard alors qu'elles confortent le modèle OSCAR.



* En prenant le rayon du BEC, R on considère un amortissement classique en 1/r² de la température de l'électron (Te), descendue aujourd'hui à 2,725 K, on obtient la distance : D = R (Te / 2,725)1/2 = 7 G.y.l
** un détail plus fourni sera publié prochainement en montrant que ce delta est la conséquence directe de l'accélération différentielle de l'expansion. 



Commentaires

  1. Nous allons prochainement montrer en détail, que le différentiel de température dipolaire, est lié au différentiel d'accélération et ce, dans le cadre du très robuste principe de dualité de localité.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Présentation du blog

Le but de ce blog est de commenter mon second livre paru en mai 2017 : "Il était une fois l'univers à partir de rien". Ce blog est rattaché à mon site ouvert depuis 2008. Il sera ici question de populariser le modèle d'univers appelé "modèle OSCAR" et ce à grand renfort de pédagogie par le jeu de  diverses analogies courantes.


Ingénieur de 71 ans je me suis spécialisé depuis près de 30 ans dans l'enseignement de la physique tout en développant le modèle OSCAR (Oscillateurs Subquantiques Continus Anharmoniques Reliés).   

Tout part de ces oscillateurs (duaux) qui matérialisent le zéro physique du néant. Ce rien est en fait comparable à une balance romaine qui indique zéro si les deux masses sont identiques. Il est ici question de symétrie. 

En nombre infini, ces zéros physiques représentent un espace non connexe de pré-univers où le désordre est total. (entropie maximale).  On montre ensuite que ces brassages induisent forcément un flux synchronisant q…

Le satellite Planck confirme le modèle OSCAR (2)

Comme promis, voici un détail plus poussé des causes du dipôle de température, mesuré par le satellite Planck. Encore une fois nous allons utiliser le robuste principe de dualité de localité. Le dessin suivant montre les effets pour trois directions différentes, (à partir des trois points : a, b, c) situés sur notre couche d'expansion à 0,5 c. Chaque ligne de vision voyage dans l'espace et donc dans le passé avec une inflexion vers le centre. Dans toutes les directions, les galaxies s'éloignent de nous. Il n'y a pas de lieu privilégié*.
Avant d'aller plus loin, il nous faut définir la notion duale d'horizon cosmologique qui est différente de celle du modèle standard. Sa dualité tient compte du spectre des vitesses (0 à 5 c) :
a) l'horizon cosmologique de localité apparente (HCL), fixé par la longueur de Hubble = 13,8 G.y.l ;
b) l'horizon cosmologique comobile (HCC), qui tient compte des éloignements relatifs, depuis l'origine. Contrairement au …

Analogie qui prouve l'improbabilité du zéro absolu

Prenons déjà connaissance de ce que dit MAGNAN du Collège de France : http://www.lacosmo.com/Nature31.html.

Il montre clairement que le zéro physique n'existe pas. L'application infinie (et donc  zéro) issue des mathématiques, trouve une légitimité pour la physique mais dans le seul cas du dénombrement ou de valeurs sans dimension physique (nombre, angle, tangente, etc...).

Ainsi je peux dire qu'une infinité d'oscillateur-boson-zéros, constitue un zéro global car : zéro × infini = 0.
La pré-existence de ces oscillateurs est justifiée par l'impossibilité d'obtenir un zéro inertie. Dans le détail, l'inertie M est liée à l'amplitude L de telle sorte que le ML de l'électron (et seulement de lui) donne la constante h si on multiplie par c. Tout simplement.
Le L est le reflet imaginaire (au sens physique) de M car il est déphasé de pi/2 dans l'oscillateur.

Voici une analogie avec sin x et cos x,  déphasés entre eux de π/2 : pour optimiser le l…