Accéder au contenu principal

Les rayons cosmiques confirment le modèle OSCAR. Les voyages supraluminiques sont possibles !

On sait que les mystérieux rayons cosmiques, très énergétiques viennent principalement du centre de notre galaxie. La plupart de ces « rayons » sont sous forme de protons relativistes. La limite maximale atteint une énergie de 1,5×1020 eV, inexpliquée par le modèle standard. Cette énergie dépasse la limite GSK, liée à l'interaction avec le fond diffus cosmologique. L'énergie d'un proton au repos est de 9×108 eV. Nous allons nous intéresser aux seuls éléments les plus énergétiques et à leur limite. Que se passe-t-il au centre de notre galaxie ? Selon le modèle OSCAR, une galaxie est un enchevêtrement serré de BECs ayant chacun pour centre, une étoile. Mais dans le cœur, règne un immense trou noir qui correspond à des milliers de BECs superposés !



Cela veut dire que se reproduit ici, la superposition d'oscillateurs dipolaires survenue dans le BEC fossile. Ce dernier a éjecté les électron-positrons et protons avec la même impulsion que les BECs formant l'espace-temps. Leurs vitesses relatives étaient quasi nulles car l'ensemble était éjecté à la même vitesse c. Mais dans le cas galactique, les protons sont éjectés à vitesse c dans les BECs environnants à vitesse nulle ! Dans ce lien, nous montrons que le coefficient limite de Lorentz (effet relativiste) est donné par : ξ = 1,55×1011 la masse d'un électron ! Contrairement aux projections mathématiques qui le validaient naïvement jusqu'à l'infini. Ainsi un proton de 9,38×108 eV sera en limite relativiste à : 1,45×1020 eV . Avec un hélium, on peut atteindre  6×1020 eV et avec un électron, la valeur de : 7,9×1016 eV .


Soit la formule de Lorentz (qui admet à tort la notion d'infini en physique) dont le taux γ vaut l'infini quand v = c :


Avec Christian MAGNAN du Collège de France, nous montrons que le zéro et l'infini, n'existent pas en physique. Cela va dans le sens de la formule Oscar modifiée, qui elle, tient compte des limites physiques. Le taux  γo reste à valeur : ξ = 1,55×1011 quand  ≥  c ! Cela veut dire que cela ouvre la voie aux voyages supraluminiques :


Avec γo limité à ξ plutôt qu'à l'infini ! Donc au cœur du trou noir de la galaxie, les oscillateurs dipolaires subquantiques, peuvent s'échapper de son emprise car leur impulsion est ξ fois celle d'un photon. Leur séparation en 2 monopôles (+/–) les transforme en paires électron-positrons qui peuvent rester en l'état (on en observe effectivement) ou s'associer en proton (Ep) devenant relativiste avec une énergie maximale de : E = Ep γo.

Résumons-nous :

- si effectivement les tenants du MS ne comprennent pas le dépassement de la limite GSK, ils ne comprennent pas non plus la cause de l'émergence de ces particules ;
- les mesures maximales confirment celles avancées par le modèle OSCAR ;
- encore une fois, on note que les valeurs infinies sont incompatibles avec la physique ;
- la vitesse c n'est donc plus une limite au delà du seuil ξ. Cependant aucun paramètre physique ne saurait atteindre l'infini ! 

Ci-après une image retraçant les différentes interaction de rayons cosmiques. Il y est dit à tort que les protons relativistes circulent à presque la vitesse de la lumière ! Non ils circulent à la vitesse de la lumière en limite physique de l'effet relativiste. Si on pouvait encore les accélérer, alors plus rien n'empêcherait de dépasser la vitesse de la lumière !


Commentaires

  1. Même les romans de science fiction ont des vaisseaux dont la vitesse est limitée à un peu moins que c. Ils ont souvent exploité l'idée (fausse) "de trou de vers" pour voyager plus vite. Mais sous réserve de disposer d'une capacité d'accélération constante, on doit pouvoir vérifier qu'après la limite xi, plus rien ne s'oppose aux voyages supraluminiques.

    RépondreSupprimer
  2. Il faut insister sur les conséquences de l'amalgame courant qui est fait en le zéro absolu mathématique et le statut dual du zéro physique. Il est parfait et relatif dans l'oscillateur dipolaire ou forcément flou dans l'oscillateur monopolaire. Avec MAGNAN du Collège de France, nous dénonçons cet amalgame courant. Il permet le coefficient de Lorentz d'être infini alors que c'est impossible en physique ! Le pire est que la genèse de la matière est justement basé sur l'échec permanent d'atteindre le zéro absolu. Alors en confondant les deux, on passe à côté de tout, d'où la crise profonde de la physique !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Présentation du blog

Le but de ce blog est de commenter mon second livre paru en mai 2017 : "Il était une fois l'univers à partir de rien". Ce blog est rattaché à mon site ouvert depuis 2008. Il sera ici question de populariser le modèle d'univers appelé "modèle OSCAR" et ce à grand renfort de pédagogie par le jeu de  diverses analogies courantes.


Ingénieur de 71 ans je me suis spécialisé depuis près de 30 ans dans l'enseignement de la physique tout en développant le modèle OSCAR (Oscillateurs Subquantiques Continus Anharmoniques Reliés).   

Tout part de ces oscillateurs (duaux) qui matérialisent le zéro physique du néant. Ce rien est en fait comparable à une balance romaine qui indique zéro si les deux masses sont identiques. Il est ici question de symétrie. 

En nombre infini, ces zéros physiques représentent un espace non connexe de pré-univers où le désordre est total. (entropie maximale).  On montre ensuite que ces brassages induisent forcément un flux synchronisant q…

Le satellite Planck confirme le modèle OSCAR (2)

Comme promis, voici un détail plus poussé des causes du dipôle de température, mesuré par le satellite Planck. Encore une fois nous allons utiliser le robuste principe de dualité de localité. Le dessin suivant montre les effets pour trois directions différentes, (à partir des trois points : a, b, c) situés sur notre couche d'expansion à 0,5 c. Chaque ligne de vision voyage dans l'espace et donc dans le passé avec une inflexion vers le centre. Dans toutes les directions, les galaxies s'éloignent de nous. Il n'y a pas de lieu privilégié*.
Avant d'aller plus loin, il nous faut définir la notion duale d'horizon cosmologique qui est différente de celle du modèle standard. Sa dualité tient compte du spectre des vitesses (0 à 5 c) :
a) l'horizon cosmologique de localité apparente (HCL), fixé par la longueur de Hubble = 13,8 G.y.l ;
b) l'horizon cosmologique comobile (HCC), qui tient compte des éloignements relatifs, depuis l'origine. Contrairement au …

Analogie qui prouve l'improbabilité du zéro absolu

Prenons déjà connaissance de ce que dit MAGNAN du Collège de France : http://www.lacosmo.com/Nature31.html.

Il montre clairement que le zéro physique n'existe pas. L'application infinie (et donc  zéro) issue des mathématiques, trouve une légitimité pour la physique mais dans le seul cas du dénombrement ou de valeurs sans dimension physique (nombre, angle, tangente, etc...).

Ainsi je peux dire qu'une infinité d'oscillateur-boson-zéros, constitue un zéro global car : zéro × infini = 0.
La pré-existence de ces oscillateurs est justifiée par l'impossibilité d'obtenir un zéro inertie. Dans le détail, l'inertie M est liée à l'amplitude L de telle sorte que le ML de l'électron (et seulement de lui) donne la constante h si on multiplie par c. Tout simplement.
Le L est le reflet imaginaire (au sens physique) de M car il est déphasé de pi/2 dans l'oscillateur.

Voici une analogie avec sin x et cos x,  déphasés entre eux de π/2 : pour optimiser le l…